Prostitution a Brakody dans la capitale ivoirienne.

Spread the love

C’est une question dont posent beaucoup de personnes, si réellement la prostitution existe malgré l’existence de la pandémie?

D’autres vont jusqu’à improviser des astuces pour mener pratiquement leurs activités.
C’est le cas de la prostitution , considérée comme le plus vieux métier au monde , cette profession prisée par un nombre considérable de jeunes filles dans la capitale ne semble pas se plier aux décisions de l’État, qui interdit tout regroupement au delà de 20 personnes .

Visiblement ces mesures ne sont pas tombées dans de bonnes oreilles ou à connu de mauvaises interprétations dira-t-on vu la réalité qui ce vit à abidjan

Pour vous en rendre compte il vous suffit de faire un tour dans certains endroits isolés de quelques quartiers, c’est le cas du Cartier Brakody dans une maison connu presque de tous les citoyens de son caractère douteux et de sa pratique illégale de la prostitution dans la nuit.

Contrairement à sa routine nuitamment, on constate des mouvements de quelques filles en ce début de journée, même si ces marchandes de sexe ne sont pas habillée d’une manière extravagante, il faut tout de même souligner que ces filles sont connues par des voisins de leurs activités, ce qui rend douteux leur présence ce matin, même si l’ambiance habituelle n’est pas au rendez vous.

On constate la présence de la gente masculine aux entrain de grignoter les passes d’alcool  .

plus loin sur la route raccourcie qui mène vers Adjamé en bas du pont. là aussi des maisons de passe temps ne désenclave pas de client, des jeunes filles dont la tranche d’age se discute entre 15 à 35 ans majoritairement , traînent dans des maquis au vu et su de tous les passant, là aussi la musique n’est pas la bienvenue pour des mesures de discrétion selon des jeunes qui ont accepté de nous dire si peu que ce soit quelques mots sur la réalité du coin.

La question de savoir s’ils sont informés de la mesure de restriction du gouvernement, aucun membre du personnel n’a accepté nous répondre.

Cette situation qui se vit dans de nombreux lieux de la capitale doit attirer l’attention de l’État, qui contribue par ailleurs à propager le Covid-19 dans le cadre du regroupement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *